Amsterdam – Jacques Brel

Dans le port d'Amsterdam

Amsterdam est l’une des chansons les plus connues de Jacques Brel. Elle retrace la vie des marins en permission à terre dans le port d’Amsterdam, sa signature 3/4 évoquant leurs pas de danse. L’interprétation incroyable de Jacques Brel mêlée aux qualités poétiques de la chanson et à l’intensité dramatique des paroles a fait le succès de ce titre. Revenons sur l’histoire de cette chanson.

Récital de Jacques Brel à l’Olympia

Pour Amsterdam, Jacques Brel reprend la base de ligne mélodique de la chanson anglaise Greensleeves. Au début, il n’est pas convaincu par ce nouveau titre et veut le placer au tout début de son récital à l’Olympia « comme ça, on n’en parlera plus, de celle-là » ajoute-t-il. Mais la veille de la première, le succès de la chanson lors de la répétition générale donnée dans un théâtre de Versailles lui fait changer d’avis. Amsterdam se trouvera alors en troisième position de son récital. Et lors de la première sur la scène de l’Olympia, la foule lui fait une ovation de trois minutes.

La seule version d’Amsterdam Brel est sortie sur un album live enregistré à l’Olympia en 1964. Malgré le fait de ne jamais avoir été enregistrée en studio, c’est l’une de ses œuvres les plus populaires.

Dans le port d’Amsterdam et non d’Anvers

À l’origine, la chanson était située à Anvers, mais « Dans le port d’Anvers » ne fonctionnait pas pour la chanson. Jacques Brel a donc changé Anvers en Amsterdam.

Brel a travaillé sur ce titre dans sa maison surplombant la Méditerranée à Roquebrune-Cap-Martin qu’il partageait avec Sylvie Rivet. Elle raconta plus tard :

« C’était l’endroit idéal pour créer et s’adonner à sa passion des bateaux et des avions. Un matin à six heures, il lut les paroles d’Amsterdam à Fernand, restaurateur qui était sur le point de partir à la pêche du scorpion et du congre à la bouillabaisse. Vaincu, Fernand éclata en sanglots et coupa quelques oursins pour l’aider à contrôler son émotion. »

Succès international

Inévitablement, Amsterdam a été traduit en anglais, plus particulièrement par deux artistes Rod McKuen et Mort Shuman.

Rod McKuen

McKuen était un chanteur, auteur-compositeur et poète dont les traductions de deux chansons de Brel sont devenues des succès pop : Ne Me Quitte Pas est devenu le très repris If You Go Away. Le Moribond est devenu Seasons in the Sun, un succès pour Terry Jacks en 1974. Amsterdam de McKuen a pris de nombreuses libertés poétiques avec les paroles de Brel, mais cette version n’a pas été largement adoptée.

Mort Shuman

Pendant ce temps, Shuman, chanteur et compositeur américain, a également repris les chansons de Brel. Ses paroles traduites pour de nombreuses chansons de Brel, y compris “Amsterdam“, sont devenues les versions “standard”, conservant l’esprit de Brel, bien qu’avec peut-être moins de son abstraction poétique. Shuman a également rendu hommage à Brel en co-écrivant un spectacle off Broadway de 1968, Jacques Brel Is Alive and Well and Living in Paris, qui est devenu un film de 1975. Dans le film, Shuman chante Amsterdam dans un bar tandis que Brel lui-même est assis en silence dans un coin.

Scott Walker

Un chanteur qui a découvert Brel grâce à Shuman était Scott Walker. En tant que moitié des Walker Brothers, Walker avait eu des succès avec des airs pop tels que The Sun Ain’t Gonna Shine Any More. Walker a repris une série de chansons de Brel dans les années 1960, parmi lesquelles Amsterdam. Elles seront finalement rassemblées sur le fabuleux album de 1981, Scott Walker Sings Jacques Brel. Amsterdam de Walker suit le modèle Brel-Shuman, son gros arrangement et ses paroles puissantes évoquant une scène de débauche tragique.

David Bowie

Puis il y a eu David Bowie. Bowie a découvert Brel en assistant à la comédie musicale de Mort Shuman, Jacques Brel is alive and well and living in Paris. Il a ensuite écouté tout le répertoire de Brel en anglais, chanté par Scott Walker. Dès 1969, Bowie a repris les chansons de Brel traduites par Shuman : il a chanté My Death au Beckenham Arts Lab cette année-là, et à nouveau lors de ses concerts Farewell Ziggy à Londres en 1973. Plus tard en 1973, lorsqu’il a sorti le single Sorrow, Amsterdam était la face B. La version de Bowie est dépouillée, avec seulement une guitare acoustique pour l’accompagnement. Il a permis de faire découvrir Brel à une nouvelle génération.

Les versions ultérieures de la chanteuse irlandaise Camille O’Sullivan (qui donne à la chanson une ambiance cabaret) et du groupe folk Bellowhead (délabré et tapageur) ont amené la chanson à un public plus large.

Notre cover

Je vous propose de découvrir notre cover d’Amsterdam avec quelques images de notre belle Bretagne en prime !

Become a Patron!

source

Ft.com

RTL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *