Talkin’ bout a revolution – Tracy Chapman

talkin' bout a revolution Tracy Chapman

Au fil des années, le succès Talkin’ bout a Revolution de Tracy Chapman est devenu un incontournable à travers le monde. Cette chanson de 4 accords aux paroles contestataires est plus de trente ans après toujours d’actualité.

Deuxième single de Tracy Chapman

La jeune Tracy Chapman chantait dans les bars de Boston avec sa guitare. Une maquette enregistrée a réussi à faire le tour des radios locales avant de se retrouver entre les mains d’Elliot Roberts, le manager de Bob Dylan. Emballé par ce qu’il vient d’entendre, il propose à la chanteuse d’enregistrer son premier album. L’album éponyme de Tracy Chapman sortira le 5 avril 1988.

Après Fast car, Talkin’ bout a Revolution en est le deuxième single. La chanteuse américaine de 24 ans à l’époque a entièrement écrit et composé cet opus. Talkin’ bout a Revolution est encore aujourd’hui une chanson culte de l’artiste. Ce titre proteste contre l’injustice économique et raciale qui continue de sévir dans divers pays. Mais la chanson de Chapman nous donne un sentiment d’espoir, la conviction que ce monde pourrait changer.

J’ai écrit la chanson Talkin’ Bout A Revolution à l’âge de seize ans, je suppose que j’étais dans ma deuxième ou ma première année d’internat. J’ai grandi à Cleveland et j’y suis allé à l’école publique. J’ai reçu la bourse pour aller au pensionnat. Ce fut une transition vraiment difficile pour moi, étant à Danbury, Connecticut. J’ai trouvé que les gens de l’école n’étaient pas vraiment intéressés. J’étais vraiment en colère contre ça, et c’est de là que vient la chanson Talkin’Bout a Revolution. Ce qui signifie que beaucoup d’entre eux pensaient que … ils ne pensaient pas que la vie des gens qui …, des gens qui n’avaient pas d’argent ou qui faisaient partie de la classe ouvrière, leur vie n’était pas très importante et ils ne pouvaient pas non plus faire de changement . Mais j’ai le sentiment que c’est de là que vient le changement, c’est de là que les gens en ont le plus besoin … Je pense qu’il est important, si vous êtes un artiste, d’utiliser votre musique pour défendre ce en quoi vous croyez.

Tracy Chapman

Concert hommage des 70 ans de Nelson Mandela

Le 11 juin 1988, à l’occasion des 70 ans de Nelson Mandela alors emprisonné, un concert est organisé pour sa libération. Plus de 80 artistes parmi lesquels Stevie Wonder, Sting, Whitney Houston ou encore Eric Clapton y participent. L’événement se déroule pendant 11 heures et est rediffusé dans 67 pays depuis le stade de Wembley de Londres. C’est à cette occasion que Tracy Chapman est particulièrement remarquée.

La jeune artiste se trouve à chanter contre la pauvreté, le racisme et pour l’amélioration de la condition féminine face à soixante-quinze mille personnes.

Son message est encore bien présent aujourd’hui. Ainsi, en 2011, la chanson de Tracy Chapman se retrouve diffusée à la radio en Tunisie pendant la révolution de 2011. 

Reprises

Voici un petit aperçu des différentes reprises de cette chanson.

La chanson a d’abord été reprise par le groupe Living Color, qui a non seulement interprété la chanson à l’occasion lors de diverses tournées, mais a sorti une version live dans l’album de compilation What’s Your Favorite Colo en 1995. Le groupe punk allemand Ausbruch a enregistré sa reprise de la chanson sur l’album Auf Alte Zeiten en 1994. Le groupe punk anglais Leatherface a sorti sa reprise de la chanson sur leur EP Compact and Bijou en 1992. Elle a ensuite été reprise par le chanteur Ben Jelen sur la compilation All-Star produite par Russell Simmons / Babyface Wake Up Everybody en 2004. Cette chanson a également été reprise par Reel Big Fish sur leur album de 2005 We’re Not Happy ‘Til You’re Not Happy et Chamberlain en tant que face B de  Five Year Diary. En 2010, cette chanson a reprise par Art Napoleon sur son album Creeland Covers. En février 2011, le groupe israélien Shmemel a repris la chanson et a ajouté un verset inspiré des révolutions du printemps arabe, la nouvelle chanson recevant le titre Talking About an Arab Revolution.

Clarence Bekker, de Playing for Change, a chanté une cover pour commémorer Martin Luther King Jr. Day, 2017.

Ma cover à la guitare de Talkin’ bout a revolution

Voici pour terminer ma reprise à la guitare de Talkin’ bout a revolution de Tracy Chapman.

Sources

Setlist

Quikdeets

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.