Here comes the sun

here comes the sun

George Harrison est longtemps resté dans l’ombre de Lennon et McCartney. Dans les années 60, il a commencé à écrire lui-même des chansons. En 1969, ses deux chansons Something et Here Comes The Sun figurent parmi les titres les plus remarquables de l‘album Abbey Road des Beatles. Aujourd’hui, je vous propose aujourd’hui de découvrir l’histoire de Here comes the sun.

George Harrison

Je n’étais pas Lennon, ou je n’étais pas McCartney. J’étais moi. Et la seule raison pour laquelle j’ai commencé à écrire des chansons, c’est parce que je me suis dit, s’ils peuvent les écrire, je peux les écrire.

George Harrison

Alors que les touches finales sont apportées à The White Album en octobre 1968, George est en route vers Los Angeles pour continuer à travailler à la production de l’album de Jackie Lomax Is This What You Want ? Lors de ces sessions, George dirige une équipe mettant en vedette la crème des musiciens de session américains et savoure la chance de prendre la tête d’une si belle récolte de talents. Une fois les sessions terminées, George se rend à Woodstock, dans le nord de l’État de New York, où il passe Thanksgiving avec Bob Dylan avant de retourner en Angleterre pour retourner auprès des Beatles. Au moment où le groupe se regroupe dans les studios de cinéma de Twickenham le 2 janvier 1969, George a un certain nombre de chansons, dont All Things Must Pass et Isn’t It A Pity, cette dernière datant des sessions Revolver en 1966. Ce premier matin à Twickenham, John et George se jouent leurs dernières chansons. George participe avec enthousiasme au titre Don’t Let Me Down de John. Mais quand George essaie d’engager John sur sa chanson Let It Down, John qui a du mal avec sa structure d’accords décide de jouer de vieux morceaux de Chuck Berry à la place.

La frustration de George

L’incapacité de George à faire participer le groupe à ses nouvelles compositions est une source de frustration pour le plus jeune Beatles. À un moment donné, George dit à John qu’il envisageait de faire un disque solo, en utilisant les chansons qu’il avait accumulées, ce que John encourage activement. Le vendredi suivant, 10 janvier, George en a assez et déclare qu’il quitte le groupe.

j’avais passé les derniers mois de 1968 à produire un album de Jackie Lomax et à passer du temps avec Bob Dylan et The Band à Woodstock, à m’amuser. Pour moi, revenir dans l’hiver de mécontentement avec les Beatles à Twickenham était très malsain et malheureux. Mais je me souviens avoir été assez optimiste à ce sujet. J’ai pensé, OK, c’est la nouvelle année et nous avons une nouvelle approche de l’enregistrement. Je pense que les premiers jours se sont bien déroulés, mais il est vite devenu évident que c’était exactement la même chose que lorsque nous étions en studio pour la dernière fois, et cela allait être à nouveau douloureux.

George Harrison

Bien que George revienne au bercail lorsque les sessions sont transférées aux Apple Studios le 21 janvier, il n’insiste plus pour que l’une de ses chansons soit incluse dans le live que le groupe doit jouer sur le toit de leur immeuble.

L’origine de Here Comes The Sun

En avril, George s’absente d’une réunion d’Apple, choisissant plutôt de se rendre chez son ami Eric Clapton à Ewhurst, dans le Surrey. Et c’est en se détendant avec Eric dans le jardin qu’il donne le jour à la chanson Here Comes The Sun.

Here Comes The Sun a été écrit au moment où Apple devenait comme à l’école, où nous devions aller et être des hommes d’affaires : « signez ceci » et « signez cela ». Quoi qu’il en soit, il semble que l’hiver en Angleterre dure éternellement, au moment où le printemps arrive, vous le méritez vraiment. Alors un jour, j’ai décidé que j’allais m’éloigner d’Apple et je suis allé chez Eric Clapton. Le soulagement de ne pas avoir à aller voir tous ces comptables idiots était merveilleux, et je me suis promené dans le jardin avec l’une des guitares acoustiques d’Eric et j’ai écrit Here Comes The Sun.

George Harrison dans son autobiographie I, Me, Mine

George termine ensuite la chanson pendant ses vacances en Sardaigne, revenant juste deux semaines avant le début du travail sur la chanson dans les studios d’EMI sur Abbey Road le 7 juillet.

Influences

La chanson porte un certain nombre d’influences.

C’était un peu comme If I Needed Someone, vous savez, le riff de base qui le traverse, vous connaissez toutes ces choses de type Bells Of Rhymney des Byrds. Alors, c’est comme ça que je le vois, de toute façon. C’est assez vintage.

George Harrison

Une autre influence est celle de l’amour de George pour la musique indienne, en particulier avec le timing complexe du passage instrumental à la fin de chaque refrain.

Here comes the sun par les Beatles

Lors de l’enregistrement, George est à la guitare acoustique – un capodastre à la septième case – Paul à la basse et Ringo à la batterie. C’est la 13e prise (ou prise 12 et demie, comme il a été superstitieusement déclaré) de cette session du 7 juillet qui est la bonne. Ensuite, un certain nombre de pistes sera ajouté au cours des six semaines suivantes : des enregistrements de batterie supplémentaires de Ringo, davantage de parties de guitare de George, plus un rythme complexe de claquements de mains ainsi que la voix principale de George et les chœurs de George et Paul.

Le morceau est également parsemé de notes d’un synthétiseur Moog, que George a introduit dans le son du groupe pour cet album, après avoir acquis un premier modèle de l’instrument chez son concepteur en Californie. George en avait commandé un après être tombé sur l’instrument en enregistrant Jackie Lomax à LA fin 1968.

J’ai dû faire fabriquer le mien spécialement, car M. Moog venait tout juste de l’inventer. C’était énorme, avec des centaines de prises jack et deux claviers. Mais c’était une chose d’en avoir un, et une autre d’essayer de le faire fonctionner. Il n’y avait pas de manuel d’instruction, et même s’il y en avait eu, il aurait probablement fait quelques milliers de pages. Je ne pense pas que même M. Moog savait comment faire de la musique avec ; c’était plus quelque chose de technique. Lorsque vous écoutez les sons de chansons comme Here Comes The Sun, cela fait de bonnes choses, mais ce sont tous des sons très simples.

George Harrison

Sur l’enregistrement, la bande est jouée légèrement rapidement pour augmenter la hauteur de la chanson d’environ un quart de ton.

Les covers

Cette chanson a été reprise de nombreuses fois. Voici deux de ces covers.

Nina Simone

Here Comes the Sun n’est pas seulement une reprise de Nina Simone, c’est même le nom du treizième album studio de la chanteuse américaine composé de reprises de chansons de musiciens pop et rock, sorti en avril 1971. Il présente des chansons enregistrées dans les studios RCA avec un orchestre complet et des chœurs. Bien que Simone reprenne des chansons de Bob Dylan et des Beatles, entre autres, la plupart des versions comportent des arrangements sensiblement différents des enregistrements originaux.

https://www.youtube.com/watch?v=1rCgM07uzq4

Richie Havens

En 1971, la version de Richie Havens de la chanson a atteint un sommet au numéro 16 sur le Billboard Hot 100 aux États-Unis, lui donnant le single le plus élevé de toute sa carrière.

Sheryl Crow

Plus récemment, Sheryl Crow a elle aussi repris ce titre.

Here comes the sun au ukulele

Pour finir, voici ma reprise de Here comes the sun au ukulele. J’ai même ajouté la traduction française 😉

Become a Patron!

Je vous invite également à découvrir les cours iMusic School pour apprendre le ukulélé.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 5fad31988968aa2c637a3b35.png.

Découvrez également l’article sur While my guitar gently weeps.

Sources

The story behind the song

The Beatles Bible

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.